L’ONU réitère son engagement dans la lutte contre la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Luanda (GABONINITIATIVES) –  Le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA), M. Abou Moussa, a réaffirmé mercredi 28 novembre à Luanda, la détermination de l’ONU dans la lutte contre la piraterie maritime et les vols à main armée en mer dans le Golfe de Guinée.

« Le port de Cotonou (Bénin) perd environ 70 % de ses recettes du fait de ce phénomène qui constitue un sujet de grande préoccupation pour les Nations Unies », a-t-il noté lors d’une conférence de presse dans la capitale angolaise où, la veille, il avait représenté le Secrétaire général de l’ONU à la cérémonie officielle d’ouverture de la « Conférence de Luanda sur la paix et la sécurité dans la région du Golfe de Guinée ». Il a précisé que suite à une demande du président béninois qui avait tiré la sonnette d’alarme sur ce sujet, M. Ban Ki-moon avait envoyé une mission dans la région (Bénin, Nigeria, Gabon et Angola) en novembre 2011 pour une évaluation prospective.

M. Abou Moussa a rappelé que dans ce contexte, l’UNOCA et le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWA) ont été chargés par le Conseil de sécurité d’accompagner les efforts des organisations sous-régionales dans la tenue d’un Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays du Golfe de Guinée consacré à l’adoption d’une stratégie pour faire face à cette question cruciale. « Depuis le mois de mai 2012, nous sommes résolument mobilisés pour atteindre cet objectif primordial. Nous avons suffisamment avancé sur plusieurs points essentiels », a expliqué le Chef de l’UNOCA, précisant que ce Sommet est prévu au Cameroun en avril 2013 et sera précédé par une réunion ministérielle un mois plus tôt au Bénin. M. Abou Moussa a saisi cette occasion pour saluer la meilleure coopération dont font preuve les principaux partenaires sous-régionaux de l’ONU dans la gestion de ce dossier, notamment la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC), la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (CEDEAO) et la Commission du Golfe de Guinée (CGG).

Lors de son séjour à Luanda, M. Abou Moussa a d’ailleurs eu une séance de travail avec M. Miguel Trovoada, Secrétaire exécutif de la Commission du Golfe de Guinée. Les deux personnalités se sont rencontrées mardi 27 novembre en marge de la « Conférence de Luanda sur la paix et la sécurité dans la région du Golfe de Guinée » qu’organise le gouvernement angolais jusqu’au 29 novembre. « Nous considérons cette initiative comme une contribution positive aux réflexions en cours sur la recherche des solutions à la situation dramatique que connaît cette région. Dans ce sens, la Déclaration qui sera adoptée à l’issue des travaux sera sans doute très utile pour la préparation du Sommet envisagé au Cameroun », a commenté le Chef de l’UNOCA. « Nous visons un même objectif : la paix et la sécurité, conditions sine qua non de l’intégration régionale et du développement durable », a-t-il souligné, lançant un appel afin que ces valeurs soient défendues partout où elles sont menacées, y compris en République démocratique du Congo (RDC). Il a rassuré les journalistes quant à la forte implication de l’ONU dans  les démarches visant à mettre fin au conflit qui secoue ce pays dont l’Angola est l’un des voisins.

En dehors de la Conférence de Luanda à laquelle il a pris part au nom du Secrétaire général de l’ONU, M. Abou Moussa a rendu compte des activités diplomatiques et politiques entreprises dès son arrivée le 26 novembre. Il a en effet eu des échanges fructueux avec les collègues du Système des Nations Unies opérant en Angola ainsi qu’avec les autorités de Luanda, qu’il tenait à rencontrer dans le cadre de ses visites de familiarisation avec les pays membres de la CEEAC, principal partenaire de l’UNOCA. Ses audiences avec le ministre des Relations extérieures, M. Gorges Chicoti, et le Secrétaire d’Etat à la Défense, lui ont permis de faire le point sur les activités de l’UNOCA depuis son inauguration officielle en mars 2011 et de partager les points de vue sur les questions relatives à la paix et à la sécurité dans la sous-région. « La coopération avec l’ONU fait partie de nos priorités », a indiqué le ministre des Affaires étrangères, renouvelant le soutien du gouvernement angolais à l’UNOCA dans l’exécution de son mandat.

Lors de ses différentes consultations, le Chef de l’UNOCA était accompagné, entre autres, par la Coordinatrice résidente du Système des Nations Unies en Angola, Mme Maria Valle Ribeiro.

Source : Presse UNOCA

GI/FM/12

A propos de l'auteur